Publié le

La CASA – George Sand

Voici le troisième portrait de notre série: George Sand qui représente le coloris rouge sang de notre laine CASA.

George Sand, de son vrai nom Aurore Lucile Dupin, Baronne Dudevant, née à Paris le 1er juillet 1804, était une femme de lettre. Elle a laissé derrière elle une œuvre romanesque remarquable avec plus de soixante-dix romans, assortie de contes, de nouvelles, de pièces théâtrales, de textes autobiographiques et d’une immense correspondance.

Porte-parole de la génération romantique, ses écrits sont autant d’hymnes aux passions qui ont jalonné sa vie, une vie de lutte pour l’indépendance et la liberté de penser. George Sand fait encore l’objet de multiples rééditions tant l’actualité des questions qu’elle soulève frappe les lecteurs.

Elle étudie les sciences et le latin dans un couvent et c’est en 1822 qu’elle se marie au baron Casimir Dudevant, avec qui elle eut deux enfants. Quelques années plus tard le couple va mal et finit par se séparer.

Faisant la demande d’une séparation de corps avec son mari, elle dévoile au monde son esprit rebelle et provoque le premier d’une longue liste de scandales. Assoiffée d’indépendance après ce fâcheux épisode marital, Aurore décide de s’installer à Paris dans le but de rejoindre une société de jeunes férus de littérature romantique.

Dans ce Paris en pleine effervescence littéraire et au coeur de la révolution des Trois Glorieuses, Aurore mène une vie de bohème, entre théâtres, musées et bibliothèques. Très vite remarquée par ses congénères écrivains, elle intègre peu à peu les salons privilégiées du monde littéraire.

Cette époque est d’ailleurs celle où, après avoir obtenu une permission de travestissement, elle adopte le costume masculin qu’on lui connaît bien. Mais, contrairement aux idées reçues, c’est d’abord pour des raisons financières et par confort qu’elle adopte la redingote-guérite, la cravate en laine et le chapeau en feutre.

Dès ses premiers écrits en 1829, elle s’inspire du nom de son amant, Jules Sandeau, pour prendre le pseudonyme de George Sand.

Elle y défend ardemment le droit à la passion des femmes et s’oppose à toutes les oppressions dont elles sont victimes.

Malgré de nombreux détracteurs comme Charles Baudelaire, George Sand contribue activement à la vie intellectuelle de son époque, accueillant au domaine du château de Nohant des personnalités aussi différentes que Frédéric Chopin, Honoré de Balzac, Gustave Flaubert, Eugène Delacroix, conseillant les uns, encourageant les autres. Elle a aussi entretenu une grande amitié avec Victor Hugo par correspondance, mais ces deux grandes personnalités ne se sont jamais rencontrées.

Ses premiers romans, comme Indiana (1832), bousculent les conventions sociales et magnifient la révolte des femmes en exposant les sentiments de ses contemporaines, chose exceptionnelle à l’époque et qui divisa aussi bien l’opinion publique que l’élite littéraire. Puis George Sand ouvre ses romans à la question sociale en défendant les ouvriers et les pauvres (Le Compagnon du Tour de France) et en imaginant une société sans classe et sans conflit (Mauprat 1837 – Le meunier d’Angibault, 1845).

Elle se tourne ensuite vers le milieu paysan et écrit des romans champêtres optimistes largement inspirés de son enfance, comme La Mare au diable (1846), La petite Fadette (1849).

George Sand a abordé d’autres genres comme le roman historique avec Consuelo (1843) où elle brosse, à travers la figure d’une cantatrice italienne, le paysage artistique européen du XVIIIème siècle, ou encore Les Beaux Messieurs de Bois-Doré (1858) qui multiplie les péripéties amoureuses et aventureuses dans le contexte des oppositions religieuses sous le règne de Louis XIII.

Auteur prolifique, George Sand écrira jusqu’à son dernier souffle. Après s’être consacrée quelques temps au théâtre, elle entreprend la rédaction de son autobiographie, Histoire de ma vie (1854-1855). Elle s’éteint à l’âge de 72 ans, laissant derrière elle une œuvre considérable et variée qui l’inscrira dans la lignée des plus grands auteurs français du XIXème siècle.

Sandra & Valentine