Jehane Benoît : La grande Dame de la cuisine canadienne

Par Céline Barbeau Publié April 20, 2021

Mais pourquoi parler "cuisine" sur un blog de laines ? me direz-vous ...

À cause de ces femmes qui ont marqué notre Histoire. Grâce à leurs talents, leur révolte, leur compassion ...

Il y a quelques années, nous vous parlions des gorilles (Jane Goodall) ou de la piraterie (Anne Bony).

Le lien avec la LAINE ? (et la Maison Tricotée ...) :

Quand la Maison Tricotée a lancé sa première laine au poids :  "La CASA", nous avons décidé de baptiser les couleurs avec des noms de femmes. Des femmes célèbres ou dans l'ombre mais qui, à leur façon, ont écrit un morceau d'Histoire.

Ainsi, entre les mailles, Marie-Antoinette joue des côtes 2/2 avec Lady Di puis se jacquardise avec Cléopâtre et Colette !

Quand des nouvelles couleurs sont créées, nous demandons autour de nous : "Quelle femme vous a marqué ?".

Quand ce beau vert eucalyptus est arrivé, l'une des "habitantes" de la Maison  a sorti "Jehane Benoît" ! Le reste de l'équipe ressemblait à un choeur de points d'interrogation. Alors, zou, direction Wikipédia ...

Idée de patron avec cette belle couleur :

Crédit photo : Along avec Anna. Patron (en français et anglais) : Blossom

Et là, quelle vie !

Encore une femme qui s'est révoltée contre les standards et le moule de l'époque pour tracer son propre destin. Sa passion et sa tenacité ont marqué l'histoire de la cuisine québécoise et canadienne.

Mais, je vous dévoile la fin sans partir du tout début.

Jehane Benoît naît en 1904 à Westmount dans un univers luxueux. En grandissant, elle ne s'identifie pas à son milieu bourgeois. L'amour de sa mère pour la mode ou la décoration ne trouve aucun écho chez elle.

Dans les années 1920, elle s'envole vers Paris et devient étudiante au fameux pensionnat "Cordon Bleu". De retour au Québec à 18 ans, elle n'est toujours pas "assagie". Elle retourne alors à Paris et étudie la Chimie alimentaire à la Sorbonne.

Quand Jehane revient au Québec, elle ouvre une école de cuisine laïque et bilingue à Montréal : Le Fumet de la Vieille France. Ce n'est que le début pour cette "franc-tireur", de 1935 à 1940, Jehane ouvre l'un des premiers restaurants végétariens du Canada : le Salad Bar.

Après un mari, la guerre, un deuxième mari, elle entreprend la rédaction de livres de recettes publiés en français et en anglais. On y retrouve la cuisson des aliments, leur histoire, leur chimie ... Elle crée même des recettes adaptées à cette époque de rationnement !

Au fil des ans, elle apparaît sur les ondes, à la télé, dans les magazines.

En 1962, elle entame la rédaction de sa fameuse "Encyclopédie de la cuisine canadienne", pas moins de 1200 pages de recettes ...

Elle collabore avec différents sponsors : les riz Dainty, la bière Dow, etc ... Après la publication d'un livre de recettes avec le four à Micro-ondes, Panasonic l'embauche pour perfectionner leurs appareils. Elle écrira ainsi une encyclopédie de la cuisine au micro-onde en 6 volumes et voyage à travers le Québec et le Canada pour promouvoir ce nouveau mode de cuisson.

Elle s'éteindra à l'âge de 83 ans après une vie guidée par la passion de la cuisine.

Je pique cette phrase à Wikipédia : "Jehane Benoît a toute sa vie mis en valeur le métissage de la cuisine québécoise, simplifié la transmission des recettes ancestrales et facilité la cuisine avec l'utilisation de technologies modernes."

Et, je ne peux conclure cet article sans une recette de Jehane : Le Pudding Chômeur. Chers français, si vous ne connaissez pas ce dessert, voilà une raison de plus de venir nous rendre visite !

---

 

 

3 commentaires
Par Louise Publié April 20, 2021

Elle avait une émission télé et était hyper- intéressante avec toutes ses connaissances!

Par Sylvianne Patry Publié April 20, 2021

Wow, quel bel article ❤️

Par MoniqueBibeau Publié April 20, 2021

Vous avez bien raison cette femme a façonné le Québec d’aujourd’hui grâce à sa ténacité et son bel héritage !!!

Laisser une réponse

Les commentaires doivent être approuvés avant de s'afficher