Fais ce que je dis, pas ce que je fais

par Céline Barbeau sur September 03, 2015

En tricot comme dans la vie, on fait tous des erreurs. L’avantage du tricot, c’est que d’habitude, on peut facilement les réparer… Mais pas tout le temps!

En bonne serial-gaffeuse, il était inévitable que j’en vienne à commettre une de ces rares erreurs qui ne se détricotant pas. Et comme je suis sympa, je partage avec vous cette petite leçon de patience qui pourrait sauver vos tricots!

En commençant mon châle LILI PILI, je savais pertinemment que je devais laver mes écheveaux. Si les laines teintes à la main sont absolument sublimes, elles ont souvent tendance à baver aux premiers lavages. Dans le cas d’un châle à trois couleurs, il est essentiel de les laver avant de commencer à tricoter, surtout si comme moi une de vos pelotes est blanche. Autrement, les couleurs plus foncées et saturées risquent de déteindre sur les écheveaux plus clairs. C’est particulièrement le cas des couleurs à base de bleu et de rouge. En les lavant séparément avant de les mettre en bobine, on évite le désastre.

Ce conseil, je l’avais maintes fois donné à des clientes, ce qui ne m’a pas empêché, tête de mule que je suis, de passer outre et de commencer mon châle immédiatement. J’étais si enthousiasmée par mon choix de couleur et j’avais si hâte de les voir tricotées ensemble! Et puis, la Riverside Single ply que j’avais choisie ne bavait pas beaucoup, normalement.

Cet entêtement de ma part a, hélas, fait en sorte que ma belle pelote bronze a laissé d’importantes taches oranges sur mes rayures blanches alors que je lavais mon châle dans le but de le bloquer. Inutile de vous dire à quel point j’étais dépitée… Pas de quoi s’enthousiasmer, cette fois! Ça m’apprendre à dire des bêtises comme « j’aime vivre dangereusement »

Pour celles qui seraient en train de lire ces lignes en plein milieu de la réalisation d’un pull marin blanc et bleu, ne paniquez pas; comme je l’ai appris un peu trop tard, il existe une solution alternative à celle de laver ses écheveaux. Les teintures utilisées par les indie-dyers sont, en grande majorité, à base d’acide. Or, comme me l’a expliqué Ariane, en ajoutant un peu de vinaigre dans l’eau avant d’y laver notre tricot, on équilibre le pH et on évite ainsi que la teinture bave. Si seulement j’avais écouté dans mes cours de sciences au secondaire!

La morale de cette histoire pourrait s’écrire ainsi;

Ton impatience chronique tu soigneras
Et tes écheveaux tu laveras
En attendant, du vinaigre tu ajouteras!