L'échantillon

par Céline Barbeau sur February 23, 2014

Si vous tricotez vous avez surement lu « Prenez le temps pour sauver du temps, vérifiez votre échantillon » quelque part au début d’un patron. Lorsque j’étais une tricoteuse débutante et rebelle, ça m’a pris quelques moi pour comprendre d’abord ce qu’était un échantillon, ensuite pourquoi je devais en faire un alors que le patron me donnait la taille des aiguilles à utiliser?

J’étais une tricoteuse têtue et je ne pensais pas que l’échantillon était quelque chose d’essentiel à faire. Jusqu’au moment où j’ai décidé de tricoter un cardigan pour ma mère. J’ai passé des heures et des heures avec elle pour choisir le modèle parfait (elle a choisi le LEAH LOVELY CARDIGAN), mon père a financé la laine, presque 100$ entre le matériel, les douanes et les frais de livraison. Trois semaines plus tard, le colis est arrivé et j’étais prête à commencer. Ce jour là je suis allée voir Céline, toute excitée pour lui montrer la laine et le patron. Elle a trouvé le tout très beau mais au moment de monter mes mailles, Céline me demande:

– As-tu déjà fait ton échantillon?

– Non, je ne fais jamais d’échantillons, la grosseur des aiguilles est toujours indiquée sur les patrons…

La suite de cette conversation eu l’effet d’une douche d’eau froide sur mon enthousiasme et mon excitation pour démarrer mon projet:

– Tu ne peux pas te lancer dans un cardigan pour adulte sans vérifier ta tension! Chacun a sa propre manière de tricoter, une tension plus lâche ou plus serrée correspond, à la fin, à un cardigan plus petit ou beaucoup plus grand. Tu ne peux pas t’en passer…

– Bon d’accord (extrêmement contrariée dans ma crise d’adolescence)

– Tu veux vraiment prendre ce risque? Tu montes 30 mailles tu tricotes en jersey jusqu’à 10 centimètres et tu rabats. Chez toi, tu le laisses tremper dans un bol avec de l’eau tiède pendant un quart d’heure et après tu le laisses sécher à plat sur une serviette propre.

– Je dois faire tout ça?!

– Tu viens de dépenser plus de 100$ pour faire le cardigan, fait le comme il le faut!

J’ai alors décidé d’arrêter ma crise d’adolescence et de tricoter ce carré de 10×10 juste pour prouver à Céline qu’il n’était pas nécessaire car la grosseur des aiguilles est toujours indiquée sur les patrons. Échantillon tricoté en 3.25mm comme indiqué, lavé, bloqué et tah-dah(!) il était (vraiment) trop lâche. J’ai alors ajusté la grosseur des aiguilles, fait un autre échantillon pour me retrouver avec des aiguilles 2.5mm pour 29 mailles et 38 rangs au 10 cm. Très loin des aiguilles 3.25mm du départ. J’ai rangé ma langue dans ma poche! On ne discute pas avec le maître Yoda du tricot.

Cette expérience m’a appris l’importance cruciale de vérifier sa tension. Un échantillon bien réussi c’est la première étape d’un projet bien réussi. Même pour les tricoteuses plus expérimentées avec une tension plus stable et régulière, il y a toujours une chance que la fibre réagisse différemment au lavage.

Elle détend ou elle ne bouge pas du tout? Si elle se détend? De combien de mailles une fois séchée? L’échantillon c’est notre premier contact avec la fibre, comment se comporte-elle? Est-elle élastique ou a-t-elle un manque d’élasticité? A-t-elle besoin de liberté et de souplesse ou de plus d’encadrement et de structure lorsqu’on la tricote? Est-elle plutôt douce ou plutôt plus rustique? Est-ce un fil que tolère les erreurs?

L’échantillon nous permettre de répondre à toutes ces questions avant de s’investir dans de longues heures pour réaliser un projet. C’est comme une période d’essai pour éviter des larmes et des coeurs brisés quelques mois plus tard.

Alors mesdames (et messieurs) avant de dire : « À vos aiguilles », vérifiez si d’abord si vous avez les bonnes!