Un peu de laine, un peu de temps, beaucoup d'amour

by Céline Barbeau on July 27, 2015

L’hiver dernier, mon copain m’a demandé si je pouvais tricoter des ensembles de bonnet et cache-cou pour les enfants d’un couple d’amis. Habituellement, je ne prends jamais de commandes, car je trouve que ça me coupe totalement le plaisir de tricoter.

Par contre Blake et Lexie sont des enfants tellement adorables alors j’ai accepté sans hésiter.

J’ai choisi la SHEPHERD’S WOOL pour la douceur de son mérinos et son grand choix de couleurs. Pour le patron, j’ai adapté le BONNET LÔ dans une taille 6 – 9 ans. Les ensembles étaient prêts pour Noël. Les enfants ont vraiment aimé leurs cadeaux et étaient très mignons avec leurs ensembles pour l’hiver. Mission accomplie!

Petite anecdote: Il y a quelques années une amie à moi était enceinte d’un petit garçon. Moi qui aime tricoter des cadeaux de naissance, j’ai vite tricoté un CARDIGAN JAILHOUSE en Royal Alpaca d’Illimani Yarns. Que de douceur pour un nouveau né! J’y ai ajouté une étiquette avec les instructions de lavage et une petite bouteille de SAVON EUCALAN. Quelques semaines plus tard, c’est avec tristesse qu’elle m’écrit en disant que sa femme de ménage avait lavé et séché le cardigan à la machine. Le cardigan a fini feutré avant même d’avoir été porté!

Je reste encore traumatisée par cette histoire, si bien que j’ai proposé aux parents de laver les ensembles à la fin de l’hiver.

Pourquoi la laine feutre-t-elle?
La laine des moutons ressemble aux cheveux humains. Il s’agit d’un poil constitué de kératine recouvert d’écailles de cuticules. Le mouton sécrète naturellement de la lanoline qui a deux fonctions: la première, d’hydrater et de lubrifier le poil et la seconde, de sceller les jointures des écailles pour empêcher les poils de s’emmêler et de agripper ensemble.

Lorsqu’on tond le mouton et qu’on lave la laine, on la libère de sa lanoline naturelle, ce qui rend les écailles des cuticules accrochantes. Et c’est ce qui explique la propension de la laine à feutrer. En raison de la présence des écailles, la laine peut se prendre en masse quand on la soumet à l’humidité, à la chaleur ou à la pression. Les écailles s’accrochent entre elles et les poils s’agglomèrent pour former un tissu dur et épais: le feutre. La résistance de la laine diminue si on la plonge dans un bain d’eau bouillante, où elle se rétrécit et durcit.

La laine a besoin donc d’un entretien et de précautions particulières. Comment prendre soin des objets tricotés avec tant amour?

Voici les étapes:

1. Remplissez un grand bol avec de l’eau assez chaude, mais pas trop; il faut pouvoir laisser son doigt dedans 10 secondes sans se brûler. Ajoutez de L’EUCALAN (moi j’ai une préférence pour le parfum de lavande et eucalyptus pour ses propriété anti-mites).

2. Laissez tremper votre tricot pendant 20 minutes environ.

3. Sortir de l’eau (attention de ne pas le tordre). Enroulez le tricot dans une serviette propre (comme si c’était un burrito) et pressez pour enlever l’excédent d’eau. Séchez à plat sur une serviette propre. Ne suspendez JAMAIS un tricot mouillé car la fibre pourrait s’allonger et se déformer sous l’action du poids de l’eau. Protégez aussi votre tricot du soleil et des sources de chaleur.

Pourquoi prendre tout ce temps et ces précautions si nous pouvons utiliser de la laine superwash, me demandez-vous?

La laine superwash est traitée avec un bain oxydant qui attaque les écailles des cuticules pour modifier chimiquement l’aspect extérieur du poil afin de rendre la fibre anti-feutrable. C’est vraiment pratique pour les accessoires qui vont avoir beaucoup d’usage, comme les chaussettes par exemples (laver des chaussettes en laine à la main c’est un grand luxe mais qui a le temps?) ou pour rendre la vie des mamans plus faciles. On gagne en efficacité d’un côté, mais on perd au change une partie des propriétés naturelles de la fibre.

La laine est vraiment une fibre magique et le fait de s’arrêter un moment pour prendre soin des articles tricotés avec beaucoup d’amour peut devenir un rituel qui fait durer plus longtemps le plaisir qu’on a eu en les tricotant.

Ariane